Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 10:42

La soirée Jazz et Cinéma programmée le dimanche 1er mai au cinéma Comoedia a réunit une centaine de personnes.

On a eu la chance d'avoir la plus grande salle du cinéma (salle 1) c'était fabuleux de revoir mon film sur un écran aussi grand et le film suivant Let's Get Lost de Bruce Weber (en copie restaurée), film que j'ai déjà vu 3 fois au cinéma !!! Le débat qui a suivi la projection de mon film fut mené par quelques personnes réactives. Ils ont évoqué des souvenirs passés au Hot Club, ont retrouvé l'ambiance, cet esprit "bon enfant" qu'il y avait les soirs de concert. Une personne a expliqué que son père écoutait beaucoup de jazz et qu'elle a pu grandir dans ce milieu pour ensuite le transmettre à ses propres enfants qui vont au Hot Club et qui jouent là-bas également. Le jazz ne serait-il pas une question d'éducation ? je pense qu'il est avant tout une question de transmission et de découverte.

Moi-même je n'ai pas baigné dedans étant petite. Ma mère écoutait beaucoup Bob Marley, j'avais une vieille K7 que j'écoutais en boucle (c'était du blues.. il y avait Ray Charles, Percy Sledge, Aretha Franklin)... et puis, j'ai découvert la musique classique (Beethoven, Bach, Mozart, Strauss) et la chanson française (Brassens, Brel, Barbara, Piaf, Léo Ferré, Jean Ferrat, Moustaki, Nougaro...) vers l'âge de 10 ans. Vers 17-18 ans, j'ai découvert le trompettiste Chet Baker sur un disque et sa musique m'a traversé. Il me reste des bouts de ses interprétations de My Funny Valentine qui m'élance très souvent...je grandis avec lui et je n'ai toujours pas fini d'écouter tous ses enregistrements (+ de 900 titres et + de 200 disques). J'ai encore le temps d'écouter Chet...je le remercie de m'avoir permis de faire le pas dans l'univers du jazz. Et ce qui est drôle c'est que je le retrouve très souvent dans ma vie comme au Hot Club en faisant le film, lorsque Gérard Vidon raconte le jour où Chet est venu et qu'il a chanté My Funny Valentine...
Un des spectateurs dans la salle hier soir, n'est jamais allée au Hot club...Il a découvert un lieu remplie de spontanéité grâce au film. Qui sait ? avec la découverte du documentaire, certains pourraient bien s'y rendre un de ces soir, sans l'odeur de tabac froid mais toujours cette odeur de salpêtre et des rêves pleins la tête...

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Histoire(s) de Jazz - Emilie Souillot, réalisatrice
  • Histoire(s) de Jazz - Emilie Souillot, réalisatrice
  • : Le blog de la collection "Histoire(s) de Jazz", films documentaires réalisés par Emilie Souillot. Le premier est dédié au Hot Club de Lyon, et le second sera consacré au trompettiste Roger Guérin.
  • Contact

Profil

  • Emilie Souillot
  • Réalisatrice de films documentaires qui ont pour sujet la transmission, la mémoire et la musique.
  • Réalisatrice de films documentaires qui ont pour sujet la transmission, la mémoire et la musique.

Les films de la collection Histoire(s) de Jazz
Bandes-annonces et extraits des films
La création des films au jour le jour
Histoires du jazz : mes recherches
boutons-accueil-retour

Recherche

Le Hot Club de Lyon

DVD du film Histoire (s) de Jazz, Le Hot Club de Lyon d'Emilie Souillot
C’est une histoire d’amour, c’est une histoire de jazz...
Racontée, jouée, belle et vivante...

Ce premier film de la collection Histoire(s) de Jazz est consacré au Hot Club de Lyon, fondé il y a plus de 60 ans. Réalisé et monté par Emilie Souillot en 2010, il dure 52 minutes.

Découvrez-le ici

NOn au barrage Belo Monte

"C'est seulement lorsque l'homme blanc aura détruit la forêt entière, lorsqu'il aura tué tous les poissons et tous les animaux et aura asséché toutes les rivières qu'il s'apercevra que personne ne peut manger l'argent." Raoni, chef de la tribu des Kayapos.

Malgré tous les efforts de Raoni et du soutien de tous, rien n'empêchera la construction du barrage Belo Monte en Amazonie Brésilienne, le 3ème plus gros au monde, qui va tuer plusieurs espèces animales, continuer d'abîmer la forêt amazonienne et faire déplacer des milliers de populations indigènes qui savent encore vivre avec la nature et sans avoir besoin d'argent. Le 1er juin 2011, le feu vert a été donné pour sa construction mais on peut encore faire quelque chose, continuer d'encourager tous les efforts de ces peuples qui ne veulent pas perdre leur tradition, qui veulent vivre en harmonie avec la nature encore longtemps. Signez la pétition, afin que nos idées et nos soutiens puissent encore vouloir dire quelque chose dans un monde qui devient sourd.

Signer la pétition contre le projet Belo Monte

Pour la lire c'est ici

Image 7-copie-1

DANS CE BLOG...

...vous trouverez des éléments sur mes films (articles, photos, archives, mes trouvailles...) et des éléments sur le jazz. Ce sera l'occasion aussi de parler cinéma et surtout de court-métrage afin d'encourager ce format oublié des salle.

les-lutins-du-court-metrage-2006

Graphisme par Jérémy Zucchi, visitez son site